Histoire du big apple

Les Origines du Big Apple

big apple juke jointMalgré son nom, le Big Apple ne vient pas de New York. Il est apparu à Colombia dans la Caroline du Sud vers le début des années 30. En ces temps de ségrégation raciale, il reste malheureusement cantonné dans la communauté afro-américaine. Cependant, comme beaucoup de danses de cette époque, il fut repris par les blancs et obtint alors une grande popularité et une plus large diffusion.
Betty Wood, une danseuse blanche du Big Apple de l’époque dit :"- Tout a commencé dans une synagogue abandonnée qui était devenue un Juke Joint. En 1930, âgée de 16 ans et de sortie avec ses amis, elle entend de la musique venant du Juke joint. Intrigués, ils s’approchèrent et furent autorisés à rentrer à condition de monter dans une mezzanine réservée aux blancs. La piste de danse n’était, quant à elle, occupée que par les Noirs. Simples spectateurs forcés, ils admiraient les Noirs danser ces pas de Jazz nouveaux, mêlés à d’autres qu’ils connaissaient déjà, inspirés d’autres danses en vogue : le Charleston, le Black bottom ou encore, le Collegiate shag.
Ils sortirent avec l’idée d’inventer une danse faite de pas jazz en solo, mais accomplie dans un cercle, et appelée par un leader. Cette danse eut un succès instantané parmi la communauté blanche, et les danseurs accoururent de tout le pays vers la Caroline du Sud pour voir ce Big Apple dont ils avaient entendu parler.
Après quelques temps, fort de ce succès, une nouvelle variation vit le jour. Appelée "Little Apple", celle-ci impliquait moins de danseurs pour composer le cercle. Les danseurs saisissaient une partenaire, se déplaçaient au centre du cercle et dansaient pendant un moment dans des styles proches (Shag ou autres dances de l’époque).

big apple danse
Diffusion du Big Apple aux Etats-Unis

En 1937, la chaîne des Théâtres Roxy commandite un spectacle itinérant basé sur le Big Apple. Ils lancent des auditions pour les danseurs à Colombia et 16 jeunes du coin sont retenus (Betty Wood était de ceux-là). Le spectacle eut un franc succès tournant durant deux ans dans les théâtres Roxy. Lors de son passage à New York, le show fut vu par Herbert White (Whithey), le manager et instigateur des Whitey’s Lindy Hoppers. Il le décrivit à son premier danseur Frankie Manning, lui demandant d’en créer un semblable pour sa troupe.
Frankie n’a alors encore jamais vu le Big Apple mais se souvient de ces étés qu’il passait enfant à la ferme familiale près d’Aiken dans la Caroline du Sud. C’était dans les années 20 et il se rappelle souvent ces employés agricoles afro-américains qui faisaient ce qu’ils appelaient le "ring shout". Ceux-ci se mettaient en cercle, chantant et frappant des mains, pressant les autres à se mettre au centre et à improviser.
La plupart des pas que Whitey décrivait à Frankie faisaient déjà partie du lindy hop. Frankie Manning les a combinés dans un concept circulaire, chorégraphie qui devint célèbre grâce au film « Keep Punching » et dont on se souvient comme être le Big Apple.


Le Big Apple, phénomène culturel


Le Big Apple est sans aucun doute une des danses qui a fait le plus fureur au Etats-Unis. danse le big appleCette popularité est également due aux studios de danse Arthur Murray. En fait, selon leur site internet, « C’est le Big Apple qui a permis aux studios de danse de Monsieur Murray de devenir la plus grande chaîne de studios de danse à travers le monde ».
Arthur Murray était un professeur de danse blanc très entreprenant qui avait deux studios de danse basé à New-York. Il vit le Big Apple lors d’un show au Roxy Theatre et commença à organiser des cours de Big Apple dans ses studios. Ces cours étaient devenus tellement populaires qu’il eut rapidement l’opportunité d’ouvrir des studios franchisés dans de nombreuses villes à travers les Etats-Unis.
A partir du printemps 1938, le Big Apple devint un vrai phénomène de mode. Life Magazine a déjà publié un article sur « Comment danser le Big Apple ? » La danse devient si populaire que certains night club affichaient à l’entrée une inscription indiquant : « Désolé, pas de Big Apple. Pas assez de place ». Il y avait des robes pour les soirées Big Apple, des sacs et toutes sortes d’accessoires. Même le fils du président Franklin Roosevelt a célébré son engagement avec une danse Big Apple à la Maison Blanche.

Big Apple from The Spirit Moves Big Apple at Hawkeye Swing Festival


La chute du Big Apple


Comme souvent, la fureur et la mode s’en vont rapidement, ce fut le cas pour le Big Apple. Les jeunes ont perdu leur intérêt pour cette danse qui devint populaire et adoptée également par les personnes plus âgées et la haute société. La danse perd donc de sa crédibilité et la jeunesse s’en va vers de nouvelles idées, c’est ainsi que le souvenir du Big Apple s’efface rapidement.

Renaissance du Big Apple

keep punchin big apple

Heureusement, dans les années 1950, Mura Dehn inclus la danse dans son documentaire sur les danses vernaculaires afro-américaines. Le Big Apple figure dans le second chapitre des « Spirit Moves ». Son remarquable travail d’archive consiste en des démonstrations « d’authentic jazz », danse en studio par des artistes du Savoy Ballroom à Harlem. Le film montre beaucoup de danseurs originaux de la troupe de Whitey’s Lindy Hoppers et sert de référence pour certains historiens qui recherchent les racines de la danse.
L’un de ces historiens est Lance Benishek, qui en 1992 a été capable de retrouver Betty Wood et qui l’a sorti de se retraite. Il apprit avec elle de nombreux pas de danse d’origine et ensemble ils commencèrent à enseigner le Collegiate Shag Original en 8 temps et le Big Apple. Lance emmena Betty en Suède, en Angleterre et partout aux Etats-Unis pour enseigner ses connaissances.




Le Big Apple Aujourd’hui


Aujourd’hui, le Big Apple est très populaire auprès des danseurs de Lindy Hop. Le Big Apple fait à présent partie intégrante dans la plupart des évènements de danses Swing. De nombreux professeurs de Lindy Hop enseignent le Big Apple à leurs élèves, il est également très fréquent de voir un Big Apple lors d’une soirée swing.

Logo Easy Swing

Plan d'accès

© EASY SWING Tous droits réservés